Franche-Comté 2015

La Franche-Comté, une belle destination qui permet à la fois de rouler tranquillement
sur les bords du Doubs (Euro-vélo 6) et de tester notre capacité à escalader côtes et petits cols. La vue (et la baignade) sur les lacs est magnifique de bleu, La gastronomie, ici, même dans les plats simple, on mange très bien. Les fromages à prendre dans
« les fruitières » et les vins du Jura à déguster dans les « cabordes ».
Camping : Pour notre confort, nous avons rayonné en étoile à partir de 4 campings différents, donc sans portage. A retrouver ici. Météo : Nous avons eu chaud et beau, pas un brin de vent pour nous contrarier, nous avons profité des rares moments
maussades ou pluvieux pour randonner (cascades du Hérisson- retenue de Vouglans).
Tandem : Le tandem montre nos limites dans les montées difficiles, mais on compense dans les descentes
(jusqu'à 50km/h), la moyenne tourne autour des 15km/h, en prenant tout notre temps. Nous avons ainsi ajouter 888 km à notre compteur, soit une moyenne de 63km/jour (pour 14 jours de vélos). Parcours : La véloroute du Doubs est très facile, mais pas ennuyeuse. Les vallées et cascades du Cusancin,
de l'Alloz ou de l'Audeux sont à faire pour le calme et les paysages parfois très encaissés. En cette saison d'affluence, nous avons évité les Hauts du Jura et du Doubs. Les montées remarquables : le col de St Sorlin, Saint-Laurent-la Roche, Château-Châlon, Baume-les-messieurs,
mais aussi quelques autres qui nous ont fait souffler, la montée de Perrigny, la montée du camping à Orgelet
et la côte-chaude vers Orbagna, nous laissera quelques souvenirs.
Découvertes : Sur la route et en voiture, nous avons visiter le palais ducal à Dijon ainsi que la ville et citadelle
de Besançon, avec en plus une exposition sur le parcours résistant de Germaine Tillon. Plus drôle et à vélo, le pays de Louis Pergaud (la guerre des boutons), bien qu'il soit parti dans
la tourmente de la guerre en 1915. Le musée des maisons comtoises, petit Skanzen local. Enfin, si nous avons dormi en Puisaye dans une chambre d'hôtes trop rustique, nous avons été très bien reçus
à la Ferme de La Cotterie en pays Lochois.
 

Écrire commentaire

Commentaires : 0